L’album

Ce livre porte une grosse charge d’émotion puisque c’est notre premier livre, mais c’est également le premier livre de l’auteur Perrine Molter, directrice de l’Ecole des Blés d’Or, une école pour enfants en difficultés scolaires à Bruxelles.

C’est au cours de son expérience en tant qu’institutrice pour des enfants atteints de troubles de l’attachement que l’idée a germé dans sa tête. Elle s’est progressivement rendu compte que ces jeunes, révoltés, dans l’angoisse de la perte du lien, essayaient sans cesse de pousser les limites au plus loin, afin de voir si on allait les lâcher, les abandonner, et si, malgré l’enfer qu’ils provoquaient, les aimer encore.

C’est de là qu’est née l’histoire de Tina, qui n’arrête pas de faire des bêtises et à qui ses parents, inlassablement expliquent : « tu sais, tu ne peux pas tout faire, mais sache que quoi que tu fasses, je t’aimerai toujours ».

Il a fallu ensuite que Marion Fournioux, une jeune illustratrice lozérienne, qui, après avoir étudié dans une école d’art à Barcelone, a décidé de poser ses valises à Bruxelles, en 2006, mette toute sa verve encolorée au service de l’histoire, et l’album est né.

Derrière l’histoire légère de Tina, l’auteur et l’illustrateur s’unissent pour expliquer que dire « non » à son enfant est un acte éducatif majeur. Pour être structurantes, les limites doivent être posées avec cohérence et persévérance. L’apprentissage de la limite est un impératif de la construction sociale.